Atelier GuyAnne

Accueil > Evenements > Fermentations Poétiques : Entretien autour des éditions de l’atelier (...)

Fermentations Poétiques : Entretien autour des éditions de l’atelier GuyAnne

Jean-Michel Bongiraud consacre un entretien aux dernières publications de l’Atelier GuyAnne dans le numéro 4 de sa revue. Qu’il en soit vivement remercié, puisqu’il nous permet ainsi de préciser nos objectifs et notre point de vue tout en décrivant l’activité, très modeste, de notre petite association. Il lit ensuite, dans leur traduction, quelques poèmes de Katherine Mansfield et d’Harry Guest.
Michèle Duclos consacre une note de lecture au recueil d’Harry Guest dans le numéro 1103 d’Europe, de mars 2021. Nous la remercions vivement pour sa fidélité à nos travaux.

Note de lecture dans la Revue Europe - n° 1103 – mars 2021

Hany GUEST : Le temps d’une brève attention et autres poèmes / Short Attention Span and olher poems. Traduction d’Anne Mounic. Illustrations de Guy Braun (Atelier GuyAnne, 15 €).

Né en 1932, Harry Guest a séjourné et enseigné au Japon d’où il a ramené et publié Post- WarJapanesePoetrym 1972 et A Traveller’sLiterary( Comparnion to Japan 1994A. Il définit ici le haiku dans « Pour étrangers » : « En japonais un haïki ne consiste pas / en trois vers horizontaux mais se déroule / verticalement sans rupture / comme si vous voyiez une traînée de gouttes / d’eau luisant sur une vitre. » Mais ses courts poèmes évoquent plutôt l’Imagisme d’Ezra Pound et Amy Lowell qui rejetaient tout arrière-plan métaphysique de l’image. Ainsi dans « Haïku » : « vertes, rousses ou dorées / des feuilles qui noircissent volettent encore / sur fond de ciel d’été ». Harry Guest compose aussi des épigrammes, par exemple avec « C’est peu dire » : « Certains poètes boursouflés / de trop de louanges / risquent d’écrire des bêtises. / (Et de les publier.) »
Ce volume de poèmes se divise en deux parties distinctes par la longueur des textes. Dans l’une et l’autre se manifeste un malaise existentiel que l’écriture n’apaise pas, pas même devant les mines d’Angkor Vat L’homme « sans ombre » qui a « perdu les autres » est resté « désemparé sur le quai / tandis qu’appareillait le bon navire Espérance ». Diplômé de la Sorbonne avec une thèse sur Mallarmé, admirateur de Prévert dont il pastiche dans un poème l’« Inventaire », Harry Guest évoque nombre de créateurs qu’affecta l’appel de la mort, telle « Miss Dickinson » ou encore Rothko, « égaré sans espoir sur quelque planète solitaire ».
Les magnifiques estampes et aquarelles de Guy Braun, toutes de noir vêtues, apportent quand même des traits de lumière.

Michèle DUCLOS


nous contacter | sommaire | rédaction| mentions légales | haut de page

Anne Mounic | | guybraun.fr

Temporel.fr